Chapellerie à Cannes (06) : un peu d'histoire

L'homme primitif qui vivait dans les cavernes et demandait à la chasse, d'assurer sa subsistance n'était pas encore très éloigné du grand singe, qui vivait dans les arbres. Dense, longue, sa chevelure n'avait aucun besoin d'être protégée de la pluie, du vent, du soleil. Ses premiers vêtements lui furent fournis par des peaux d'animaux, qu'il tuait pour se nourrir. Il dut certainement mettre beaucoup de temps, pour imaginer qu'il pouvait protéger avec un chapeau ou une casquette, son épaisse tignasse contre les éléments.

Tout au plus pensa-t-il, peut-être à empêcher ses cheveux de lui tomber sur les yeux. De sorte que la première esquisse d'un chapeau fut certainement, un bandeau retenant les cheveux sur le front. Plus tard, il en vint dans certaines régions, à se protéger du soleil à l'aide d'une large feuille d'arbre, comme maintenant avec un chapeau de paille, un panama..., voire de quelques morceaux de la peau d'un animal grossièrement façonnés, de façon à ce qu'ils tiennent sur la tête, moins sophistiqués que nos chapeaux en cuir australiens ou un stetson en cuir. Peut-être pensait-il aussi, avec ce couvre-chef, se parer en même temps des forces de sa victime... grrrrrrr.

Cette façon de penser devait se répercuter au fil des siècles et des millénaires. Au point qu'il n'y a pas si longtemps encore, les hommes-léopards du Congo, revêtaient une peau de cet animal dont la tête avait été spécialement évidée, et traitée de façon à s'ajuster au porteur.

Petit à petit cependant, le couvre-chef devenait un élément de la tenue vestimentaire, et prenait les formes les plus inattendues. Sous les Etrusques, voici plus de 2500 ans, le chapeau n'était déjà plus, depuis longtemps, un article fonctionnel visant à protéger son porteur, contre le soleil ou la pluie, mais un objet d'ornement, de statut social.

Comment appeler autrement ce chapeau d'origine étrusque, en forme de parallélépipède que portaient encore les ecclésiastiques vers 1800 ?

Les femmes ne vinrent que relativement plus tard au port du chapeau. Très longtemps, elles se contentèrent de protéger leur chevelure, à l'aide de voiles qui faisaient partie de la pièce principale d'habillement et qu'elles faisaient remonter sur leur tête (coiffes médiévales).

Encore que la femme musulmane moderne ait de plus en plus tendance, à se libérer de cet article vestimentaire (sauf dans les pays où l'intégrisme islamiste sévit), le voile de certaines religieuses est une émancipation du voile couvre-chef. Depuis, les femmes portent chapeau de cérémonie, chapeau de mariage, chapeau en laine bouillie l'hiver, chapeau de paille l'été et aussi des borsalino, des stetson. Il en existe bien d'autres exemples. Par la suite, le chapeau allait devenir révélateur du rang social, y compris dans les hiérarchies militaires ou religieuses. Les hauts dignitaires de l'église par exemple, définirent des formes de couvre-chef très élaborées et chargées de symboles.

Ainsi, la tiare papale ce bonnet dont la division et les deux longs rubans, symbolisent l'Ancien et le Nouveau Testament et le double mariage avec Dieu et son peuple.

Avec le XVIIIème siècle, nous assistons à l'extraordinaire essor de la perruque. La mode tourne alors vers l'exubérance.

Les hommes se rasent la tête et la recouvrent de longues perruques bouclées, poudrées, retenues par des rubans sur lesquels ils posent des tricornes, auxquels ils ne dédaignaient pas d'ajouter des panaches de plumes.

De leur côté les femmes portent de longs cheveux (parfois remplacés par des perruques), qu'elles font remonter sur la tête en échafaudages savants, et sur lesquels elles déposent d'énormes chapeaux décorés de plumes, de perles et de joyaux.

La Révolution Française ramènera une mode moins extravagante.

Le XIXème siècle verra le triomphe du haut-de-forme, sans lequel aucun homme de bonne compagnie n'oserait se montrer hors de chez lui. C'est bientôt le couvre-chef de tout un chacun, qu'il soit policier, commerçant, fonctionnaire, Président de la République... le petit peuple lui n'a que sa casquette à offrir en révérence. Le chapeau melon s'impose, le chapeau de paille et le chapeau de feutre également avec de grandes marques : Fléchet, Stetson, Kangol, Borsalino, Crambes, Jean-Pierre Dalet.

Mais de nouveau en 1970, comme à l'âge de pierre, l'homme à tendance à laisser pousser ses cheveux et à sortir nu-tête.

Le 21ème siècle c'est le grand retour du chapeau et de la casquette, il est de bon ton de mettre un stetson, un borsalino, il y a tant de formes, de matières, feutre de poils, de laine, des chapeaux larges, des chapeaux courts, des chapeaux hauts... tout est possible !

a

Rappel gratuit

et immédiat

B

Services de

Proximité

Coordonnées

Chapellerie Tesi

4 Rue Louis Blanc
06400 - CANNES

Tél. : 04 93 39 90 65
Email : claude.gerbron@wanadoo.fr
Siret : 47914710000016

Nous contacter